Le rapport confidentiel du CDP

 

cdp1

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) semble avoir juré, la main sur le cœur, que le référendum aura lieu. Et qu’il en sortira vainqueur. Il veut aussi, à tout prix, que Blaise Compaoré soit candidat en 2015. Le Bureau politique national a remis, à ce sujet, le 26 avril, un rapport de 32 pages au Conseil national du parti. Ce document, jugé confidentiel par certains leaders du CDP, met le Président Compaoré en vedette sur toute la ligne: «Des hommes politiques, on en rencontre, mais rares sont les hommes d’Etat ; il s’impose (donc) à nous l’évidence que nous ne devons ménager aucun effort pour conserver intacte l’opportunité qu’a le peuple burkinabè de poursuivre son progrès économique et social amorcé avec l’homme d’Etat, de dialogue et d’expérience qu’est notre camarade Blaise Compaoré». Le CDP insiste, persiste et signe: «Le peuple burkinabè veut continuer son progrès avec Blaise Compaoré; le CDP y veille et s’y attèle. La démarche passe par la levée de la limitation du nombre de mandats présidentiels par l’article 37». Et il n’hésite pas à décocher des flèches sur ceux qui s’opposent à la modification de cet article. Il les qualifie d’ailleurs d’«aventuriers politiques» et de «putschistes». Le rapport tente de leur clouer le bec: «Ceux qui revendiquent une majorité du peuple acquise à leur cause doivent s’empresser de faire confirmer leur suprématie par la voie des urnes. Toute autre attitude serait putschiste et ne peut que dresser les défenseurs de la démocratie contre ces velléités». Et ce n’est pas tout : «Ceux qui rêvent de tromper le peuple burkinabè en tentant de lui imposer l’exclusion de certains citoyens de la compétition doivent se raviser». Mais il n’y a pas que ça. Voici, de façon détaillée, le contenu du rapport confidentiel.

Lire la suite...

La face cachée du trafic d’armes

Ambargo armes Cote divoire

Le ciel vient de tomber, une fois de plus, sur la tête du Président Compaoré. Lui, médiateur en chef dans la résolution de la crise ivoirienne, a été fortement éclaboussé par le récent rapport du Groupe d’experts des Nations unies. Des armes, exclusivement vendues aux services de la Présidence, ont été découvertes en Côte d’Ivoire, en violation flagrante de l’embargo imposé par le Conseil de sécurité des Nations unies. Ce rapport de 191 pages, daté du 14 avril dernier, a dû aussi fortement «secouer» le chef d’Etat-major particulier de la Présidence, le Général Gilbert Diendéré. En février 2012, il avait juré, la main sur le cœur, que «ces matériels (exclusivement destinés au Burkina Faso) ne seront ni expédiés, ni cédés à une tierce partie sans l’autorisation préalable du gouvernement brésilien». Or, le Brésil «n’a jamais donné d’autorisation pour que ces armes dont le Burkina est le destinataire final, soient cédées à la Côte d’Ivoire», apprend-on de sources dignes de foi. Le ministre des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, interpellé par l’Assemblée nationale, a catégoriquement nié les faits. Mais l’exercice était plutôt pénible. La Présidence du Faso a été plusieurs fois accusée, preuves à l’appui, d’avoir trempé dans des trafics illicites d’armes. Voici, selon les experts de l’ONU, quelques dossiers sales de la république. Les faits sont graves, très graves.

Lire la suite...

Le MPP étend son réseau

simon

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) continue sa chevauchée politique. Il étend ses tentacules dans plusieurs pays. Le parti est déjà implanté aux Etats-Unis, au Sénégal et au Niger. Roch Marc Christian Kaboré et ses camarades conquièrent actuellement le

Lire la suite...

Et ils claquèrent enfin la porte !

Nous l’avions annoncé dans notre édition du 10 avril (Voir CC N° 56). De fortes odeurs de démissions se dégageaient du côté du Parti pour la démocratie et le progrès/Parti socialiste (PDP/PS). Les protestataires ont fini par démissionner le 2 mai. Destination, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). «Avec le MPP, (…), c’est une aube nouvelle qui se lève sur le Faso. C’est pourquoi, nous cautionnons et adhérons, sans réserve, à cette dynamique qui apportera une contribution significative à l’atteinte de l’alternance politique, et de gouvernance tant recherchée et tant espérée par notre peuple depuis des décennies. Nous sommes des socialistes et nous

Lire la suite...

Mais où est passé le préservatif féminin ?

Demonstration saramani 2

Après une dizaine d’années de présence sur le marché burkinabè, le préservatif féminin se fait tellement discret que certains ont vite fait de dire qu’il est aujourd’hui en voie de disparition. Beaucoup de femmes tournent complètement le dos à cet outil de protection pourtant spécialement conçu pour elles. Pourtant, rien qu’en avril 2014, une commande de 201 600 préservatifs féminins de

Lire la suite...

Aller au haut