«Nous demandons pardon au peuple burkinabè !»

Logo MPP

Ils ont claqué la porte du CDP avec fracas. Et ils ont créé, le 25 janvier, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Ligne politique : la social-démocratie. A la tête de ce nouveau parti, trois leaders mis au «garage» pendant le cinquième congrès ordinaire du CDP, tenu en mars 2012, à Ouagadougou. Président : Roch Marc Christian Kaboré; vice-président chargé de l’orientation politique: Salif Diallo; vice-président chargé des relations extérieures : Simon Compaoré; Secrétaire général : Clément Sawadogo. Et ce n’est pas tout. Le bureau compte au total 43 membres. Le premier congrès du parti, qui devrait se tenir dans trois mois, sera l’occasion de déballer le manifeste du MPP. Ce document, adopté pendant l’Assemblée générale constitutive du parti, le 25 janvier, est pour le moment jugé confidentiel. Nous avons réussi à obtenir une copie. Roch et ses camarades y font un diagnostic de la situation nationale. Que pensent-ils de la période révolutionnaire, conduite par Thomas Sankara ? «L’engagement des révolutionnaires, des patriotes et des progressistes était sincère, mais malheureusement trop volontariste et trop idéaliste avec une bonne dose de naïveté». Et le mouvement de Rectification le 15 octobre 1987 ? «Il s’est déroulé dans des conditions tragiques sans précédent dans l’histoire politique récente du pays». Ils ont aussi décoché des flèches sur le CDP et la FEDAP/BC: «Récupération de la direction du CDP par la FEDAP/BC et gestion anti-démocratique du parti depuis la mise en place de ses organes dirigeants au dernier congrès tenu en mars 2012…». Mais il n’y a pas que ça. Voici, en intégralité, le document.

Lire la suite...

Blaise Compaoré réfléchit !

Blaise Compaor

C’est «chaud» à la Présidence ! Blaise Compaoré cherche, par tous les moyens, à limiter les dégâts. Il a nommé des Généraux, il s’est flanqué d’un nouveau Directeur de cabinet, il a suscité la création d’un Front républicain... L’ «enfant terrible de Ziniaré» sait bien que le danger peut venir de partout. Et il se prépare en conséquence. Les démissions fracassantes de certains de ses «fidèles» du parti au pouvoir ont dû apparaître à ses yeux «comme un coup de poignard en plein coeur». «Il savait qu’il y avait des mécontents dans son entourage, mais il ne pouvait pas imaginer que certains de ses fidèles compagnons comme Salif Diallo et Roch Marc Christian Kaboré le lâcheraient de cette façon», confie l’un de ses proches. Au point de porter un coup de massue à son image aux plans national et international. Dans les salons feutrés de la Présidence, Blaise Compaoré tente de sauver les meubles. Il redéploie, petit à petit, ses cartes, le regard tourné vers la présidentielle de 2015…

Lire la suite...

Ils ont tiré à boulets rouges sur le CDP !

Assimi Kouanga

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) en a eu pour son compte pendant l’assemblée générale constitutive du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), dirigé par Roch Marc Christian Kaboré. «Son obstination à déverrouiller l’article 37 de la Constitution, de même que son entêtement à vouloir installer le Sénat malgré l’opposition farouche de toutes les composantes significatives de notre peuple (…) sont les signes évidents de sa volonté de confisquer le pouvoir du peuple et d’instaurer un règne à vie et sans partage». Et ce n’est pas tout. Voici un extrait du rapport de l’assemblée générale.

Lire la suite...

Utilisation abusive des moyens de l’Etat !

DSCF9003

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) était en meeting de soutien à Blaise Compaoré le 19 janvier dernier à Réo, dans la province du Sanguié. Un non-événement ? Non ! L’activité était grandiose au point que le parti au pouvoir en est arrivé à une confusion terrible entre les moyens qui sont les siens et ceux qui appartiennent à l’Etat.

La série de confusions commence par

Lire la suite...

Le langage des banderoles et pancartes

BOBO

A Ouagadougou, le 18 janvier dernier, des milliers de citoyens ont répondu à l’appel des opposants politiques pour une marche-meeting de protestation contre la mise en place du Sénat, les velléités de révision de la Constitution pour déverrouiller la clause limitative des mandats présidentiels et contre la politique jugée antisociale du gouvernement. Au-delà des discours oraux, les messages ont été portés, de façon très efficace d’ailleurs, par des centaines de pancartes, de banderoles et autres graffitis.

Lire la suite...

De la drogue à ciel ouvert !

Drogue

Les policiers et les gendarmes ont fait un constat : la drogue circule discrètement entre les mains de consommateurs burkinabè de plus en plus jeunes. Ils ont donné plusieurs fois l’alerte en direction des parents d’élèves : « Attention, surveillez vos gosses ! ». Mais le phénomène n’a pas reculé d’un iota. Pire, il y a de plus en plus de drogués parmi nous. Décryptage.

Lire la suite...

3 magistrats suspectés de corruption !

symboles-de-justice

Des magistrats burkinabè ont maille à partir avec la Justice dans une sombre affaire de corruption dont ils se seraient rendus coupables. L’action est intentée par le Centre pour l’éthique judiciaire (CEJ) et le dossier était au rôle du Tribunal de grande instance de Ouagadougou le 20 janvier dernier. Mais cette affaire de « juges jugés » s’est

Lire la suite...

Aller au haut