Boukari kabore

Le Capitaine Boukari Kaboré, commandant du Bataillon d’intervention aéroporté (BIA) de Koudougou, sous la Révolution, s’est farouchement opposé à l’assassinat de Thomas Sankara en octobre 1987. Cet assassinat ne restera pas impuni, prévient-il. «Il y a des témoins vivants qui sont prêts à parler». Et il promet, lui aussi, de livrer sa part de vérité. Dans cette interview, il lâche déjà quelques morceaux: «Le plan était bien tracé. Quand Sankara a quitté le Palais pour aller au Conseil, l’un des éléments qui le suivaient a téléphoné à ceux qui devaient l’abattre. Il leur a dit: ‘’Vers vous l’oiseau !’’. C’est un terme militaire qui signifie que la cible arrive. Et ensuite, du côté de Thomas, il y a eu une communication qui disait à peu près ceci:

Lire la suite...

Vers un remaniement ministériel ?

Gouvernement

Dans les salons feutrés de la Présidence, Blaise Compaoré prépare, selon des sources dignes de foi, un remaniement ministériel. Il va d’abord procéder à une vague de nomination de magistrats. Puis suivra un remaniement gouvernemental. Mais avant de procéder au jeu de chaises ministérielles, il désignera les 29 sénateurs selon les textes régissant le fonctionnement du Parlement. En plus des anciens présidents du Faso, Premiers ministres et

Lire la suite...

Attention, on vous surveille !

Camera

L’enjeu était de taille. Au sommet de l’Etat, on a voulu savoir, dans les détails, comment se déroulerait la marche de l’opposition politique le 29 juin. Et on n’a pas lésiné sur les moyens. Selon des sources sécuritaires, les services de renseignements ont infiltré les marcheurs. Ils ont aussi placé des caméras de surveillance sur plusieurs artères de la ville de Ouagadougou. Et ce n’est pas tout…

Lire la suite...

Conseil c

Et voilà une affaire brûlante devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou. Une affaire à fortes odeurs de corruption dans laquelle auraient trempé des hommes d’affaires et des magistrats. Une affaire tellement grave que le Centre pour l’éthique judiciaire (CEJ) a décidé de donner un coup de pied dans la fourmilière. Il a saisi la Justice. Et le grand déballage, tant redouté par certains, aura lieu ce

Lire la suite...

«Qui jugera les juges» ?

Kam Guy Herve

Le 6 juin 2013, le Centre pour l’éthique judiciaire (CEJ) a été informé de ce qu’une formation du Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou aurait reçu une importante somme d’argent à l’effet de rendre une décision favorable à deux prévenus. Le même jour, il a ouvert une enquête circonstanciée à l’effet de s’assurer de la matérialité des faits et, le cas échéant, d’examiner si ces faits sont contraires à l’éthique et à la déontologie du juge. L’enquête a permis d’établir ce qui suit.

Lire la suite...

Il tente de se tuer !

Palais

Les tentatives d’immolation sont en train de devenir un phénomène à la mode au pays des Hommes intègres. Le dernier acte en date a eu lieu le 2 juillet, au Palais de Justice de Ouagadougou. Anatole Tiemtoré, réparateur de postes radio à Ouagadougou, pour désapprouver une décision de Justice, n’a trouvé autre moyen que de chercher à s’immoler par le feu. Il a été sauvé de justesse. Mais avait-il vraiment raison ? Décryptage.

Lire la suite...

Le chef du service fidélisation licencié

 Telecel siege

La décision a surpris de nombreux travailleurs à Telecel Faso. Ousmane Paré, chef du service fidélisation, a été licencié après dix ans de service passés dans cette société de téléphonie mobile. Mais pas surprenant dans certains milieux. On cherchait sa tête depuis longtemps. Mais il était difficile de trouver des preuves pour l’accabler, «tellement il était rigoureux dans sa gestion», confie une source bien au parfum de l’affaire. L’intéressé lui-même a reçu un sms anonyme l’informant qu’il se tramait des choses contre lui. Curieusement, le 5 avril 2013, son supérieur hiérarchique,

Lire la suite...

Aller au haut