ZIDALes contrôleurs de l’ASCE/LC ont dû se triturer les méninges. Ils ont cherché, en vain, à savoir la «destination finale» de certains fonds gérés sous la coupe de l’ex-Premier ministre Yacouba Isaac Zida. Le rapport définitif sur la gestion financière et comptable porte, à plusieurs endroits, cette lourde mention : «Absence d’information sur la destination finale des fonds». Après les actes 1 et 2 des dépenses suspectes (voir nos éditions N° 106 et 107), voici d’autres «pages sombres» du rapport.

Lire la suite...

miloLorsque la mutinerie éclate en 2011, Blaise Compaoré est obligé de quitter le palais présidentiel. Son véhicule, escorté par quelques éléments de sa garde prétorienne, fonce vers Ziniaré, sa ville natale. Mais à quelques kilomètres du lieu de destination, le chauffeur bifurque à droite. Le véhicule «se fond» dans la brousse de Loumbila. Une information de dernière minute vient de parvenir au président. Des militaires, qui gardent sa résidence à Ziniaré et qui lui sont, jusque-là, restés fidèles, sont sur les nerfs, à l’image de ceux de Ouagadougou. C’est la première fois que sa garde personnelle est autant en furie. D’autres garnisons sont également en ébullition. Le président, alors au pouvoir depuis 24 ans, a dû réaliser qu’il pouvait y laisser sa peau. Il est contraint de passer quelques heures en dehors du palais avant que Gilbert Diendéré, qui s’était investi bec et ongles à calmer la colère des soldats, lui donne le «feu vert» de revenir. Mais lorsqu’il regagne son fauteuil, il n’hésite pas à «frapper fort» dans la troupe. Le lourd marteau de la sanction tombe sur la tête de 566 militaires. Ils sont radiés des effectifs des forces armées nationales pour «faute particulièrement grave contre l’honneur, la morale, la probité avec incitation au désordre». Trois groupes de militaires s’organisent aussitôt. Ils attaquent le décret signé par le ministre de la Défense, Blaise Compaoré, devant le Tribunal administratif. Le verdict est enfin tombé. Voici les détails.

Lire la suite...

ZIDA 2Wanted ! L’ex-Premier ministre Yacouba Isaac Zida est dans le collimateur des sanctions disciplinaires. L’autorisation d’absence qui lui avait été accordée par le ministre de la Défense est expirée depuis le 19 février dernier. Le Général devait donc être au Burkina le 20 février. Ou tout au plus six jours après cette date, selon le code de justice militaire.

Lire la suite...

OualiC’est lui qui, droit dans ses bottes, a dénoncé, en 2003, la «Compaorose» lors du procès sur la tentative de putsch. Il a été condamné et emprisonné, avec d’autres militaires, pour «attentat contre la sûreté de l’Etat, complot et trahison». Mais en juin 2004, il avait réussi à prendre la poudre d’escampette. Les services de renseignements du Burkina, alors pilotés par une cellule du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), étaient à ses trousses.

Lire la suite...

argentLa difficile situation financière du Burkina embarrasse le Président Kaboré. Mais surtout son Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Il est l'interlocuteur direct qui se doit de dire la vérité des caisses de l'Etat aux leaders syndicaux. Ces derniers n'attendent que l'adoption de tous les décrets qui découlent de l'application stricte de la loi 081-2015/CNT, portant statut général de la Fonction publique. Cette loi induit

Lire la suite...

KoglwBonjour Courrier confidentiel,

Permettez-moi d’adresser, à travers vos colonnes, cette petite note au ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Monsieur Simon Compaoré.

Lire la suite...

ProstitutionNotre article sur les «prostituées blanches» établies à Ouagadougou, publié dans CC N° 7 du 10 avril 2012, continue de susciter des curiosités. Plusieurs personnes, qui disent avoir vu l’article sur le Net, nous ont joint par téléphone dans le but d’entrer en contact avec ces jeunes filles. «S’il vous plaît, j’ai pris votre numéro sur le Net; je voulais une fille, les Blanches-là. Quelles sont

Lire la suite...

Aller au haut