coup detatLe Général Gilbert Diendéré a foncé droit dans le mur en béton. Il croyait s’installer, par la terreur, dans le gros fauteuil de la Présidence. Mais à peine assis qu’il a été éjecté par la pression populaire et l’armée régulière. Depuis le 16 septembre, date de la prise en otages du Président Kafando, du Premier ministre Zida et des ministres Loada et Bagoro par des éléments du RSP, nos équipes sur le terrain tentent de percer le ministère de ce «putsch» qualifié par certains observateurs, de «coup d’Etat le plus bête au monde». Mais en réalité, il n’est pas si bête que ça ! Le coup semble avoir été bien préparé, même si, par la suite, la «folie meurtrière» du Général et de ses acolytes a été stoppée. De plus en plus, les masques tombent. L’ex-Président, Blaise Compaoré, son épouse Chantal et sa sœur Antoinette sont cités dans cette ténébreuse affaire. Mais pas seulement eux ! Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, a sans doute aussi le sommeil trouble. Contrairement au «semblant de sérénité» qu’il affiche dans certains médias, il est, selon des sources concordantes, dans une véritable «merde». L’enregistrement téléphonique entre lui et le Général Bassolé, capté par les services de renseignements, et dont nous avons eu échos du contenu, révèle des choses graves. Des opérateurs économiques burkinabè sont également soupçonnés d’avoir trempé dans cette aventure périlleuse. Et il n’y a pas que ça.

Lire la suite...

ministresIls sont en prison dans le cadre de la mise en accusation formulée par le Conseil national de la Transition. Mais les autres prisonniers les regardent d’un mauvais œil. Ils sont dans la «division d’amendement», qualifié par les pensionnaires de la MACO de «cellule VIP». Les ex-ministres des Infrastructures, Jean-Bertin Ouédraogo, du Commerce, Arthur Kafando, de la Sécurité, Jérôme Bougouma, sont

Lire la suite...

argent matsLe sujet commence à défrayer la chronique. Les inspecteurs chargés du contrôle de la gestion des affaires publiques au ministère de la Sécurité ont-ils mis à l’écart des pièces capitales ? La mise en accusation de l’ex-ministre Jérôme Bougouma s’est finalement fondée sur seulement sept marchés. Pourtant, à y voir de près,

Lire la suite...

bc tsLorsqu’on parle des causes de la chute du Conseil national révolution (CNR), d’aucuns ont cette propension à achopper leur attention et leur analyse sur les exactions et les dérives militaires des Comités de Défense de la Révolution (CDR). En dehors des acteurs de premier plan qui étaient au parfum de ce qui se tramait et des chercheurs qui se sont consacrés de façon spéciale sur la question, la plupart des gens se laissent aller souvent à des analyses ne s’en tenant qu’aux apparences, aux on-dit et à l’anecdotique. Or, l’appréciation des causes du 15 octobre 1987 ne peut pas se faire dans la seule considération des dérapages des structures populaires de la révolution. Dans le cadre de nos recherches,

Lire la suite...

IMG 8389Plus de 294 milliards de francs sont dans la nature ! Créant ainsi une véritable hémorragie financière dans les caisses du Trésor public. Le rapport d’enquête parlementaire sur «la fraude fiscale, l’impunité fiscale, les restes à recouvrer et les chèques impayés» (Voir CC N° 93 du 10 octobre) a créé une sorte de séisme dans le monde des affaires. Les faits sont suffisamment graves. Halte sur quelques passages du rapport.

Lire la suite...

Aller au haut