Zida Ph La voix de lAmriqueC’était chaud, très chaud ! Le Premier ministre Yacouba Isaac Zida a failli perdre son fauteuil le 4 février dernier. Ses compagnons d’armes, sentant leurs intérêts menacés, ont tapé du poing sur la table: pas question de dissoudre le Régiment de sécurité présidentielle ! Pas question non plus, disent-ils, d’accepter des «nominations de complaisance». Ils ont aussi bandé les muscles pour exiger le paiement, sans délai, de certaines primes et indemnités. Mais il n’y a pas que ça. Même si un communiqué officiel, diffusé en boucle, les 6 et 7 février, sur certaines chaînes de télé, tendait à faire croire que tout était en train de rentrer dans l’ordre, il y a un gros problème. Le Lieutenant-Colonel Zida, autoproclamé Président avec le soutien du RSP le 31 octobre 2014, puis «bombardé» par la suite des titres cumulés de Premier ministre et de ministre de la Défense, est sur une pente glissante. Il semble être l’otage d’un «arrangement politique» dont il ne peut sortir impunément du carcan. Certains hauts gradés de l’armée, proches de l’ex-Président Blaise Compaoré, qui lui vouaient confiance à sa prise de pouvoir, le soupçonnent aujourd’hui d’avoir un agenda caché. «C’est nous qui l’avons porté au pouvoir; nous allons le recadrer chaque fois que de besoin», confie un membre influent du RSP. Et ce n’est pas tout.

Lire la suite...

IMG 8401Ils ont poireauté pendant plusieurs années en Justice mais ils ont fini par gagner le procès. Le Tribunal administratif de Ouagadougou a rendu son verdict. Il a condamné l’Etat burkinabè à verser aux plaignants des indemnités de mission d’un montant total de 387 763 440 FCFA. Décision confirmée, en dernier recours, par le Conseil d’Etat. Donc sans appel. Mais les soldats concernés ne sont pas contents. Ils espéraient 1 330 812 000 FCFA et 100 800 dollars US. Voici les détails.

Lire la suite...

Blaise ccccompL’ex-président du Faso, Blaise Compaoré, a été balayé par la pression populaire. Il a fui le 31 octobre 2014, sous forte escorte du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Mais sa résidence privée, à Ziniaré,

Lire la suite...

rspLa crise militaire de 2011 avait sérieusement secoué le «pays des hommes intègres». Blaise Compaoré, alors président du Faso, a été contraint, pour sauver sa peau, de quitter le palais présidentiel. Sa garde prétorienne, le RSP, avait protesté, à coups de rafales, pour exiger certains avantages. Le président s’était alors réfugié dans

Lire la suite...

Le Procureur aurait pu s’autosaisir de cette affaire brûlante et ordonner l’ouverture d’une enquête. Mais jusqu’à présent, il ne l’a pas fait. Mais il y a des pistes :

Lire la suite...

Le ministre de la Défense, Yacouba Isaac Zida, est embarrassé. L’ex-Président, Blaise Compaoré, lui a refilé un dossier brûlant. Des militaires, dont les contrats ont été résiliés en juillet 2011, continuent de

Lire la suite...

cdpLe Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) veut reprendre le contrôle du Palais de Kosyam. Il entend présenter un candidat à la prochaine élection présidentielle. Au moment où le RSP fait monter la tension dans les hautes sphères de l’Etat, le parti de Compaoré se triture les méninges. Il y a actuellement

Lire la suite...

Aller au haut