ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

agriSitôt débutée, la campagne agricole de saison humide 2018-2019 enregistre l’apparition du redoutable prédateur des cultures : la chenille légionnaire. Déjà présente dans plusieurs régions du pays, elle attaque principalement le maïs. Le gouvernement a déployé un plan d’actions de lutte contre ce nuisible afin d’en empêcher les ravages sur la production céréalière. En effet, en plus de la sensibilisation, le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques met à la disposition des producteurs, des pesticides et des appareils de traitement phytosanitaire dans le but de combattre ce nuisible des cultures. Constat dans quelques régions !

« Mon champ de maïs de trois (03) hectares est infesté de chenilles. Et je ne suis pas le seul. En prenant en compte les champs de mes voisins, il y a environ trente (30) hectares de maïs ici et tout est infesté », a dit Mandé Kambou, un producteur du Sud-Ouest. C’était le 23 juin 2018 à Malba, une localité située à une quarantaine de kilomètres de Gaoua. Pour sauver son champ, a-t-il expliqué, il s’est procuré des pesticides sur la place du marché. Son voisin, Ollo Palenfo, s’est référé au chef de l’Unité d’appui technique (UAT), Sidiki Sako. De la Direction régionale de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques du Sud-Ouest, il a bénéficié de vingt (20) litres de pesticides homologués pour la lutte contre la chenille légionnaire. « Avec les producteurs voisins, nous allons nous concerter et pulvériser nos exploitations en même temps. Si l’un de nous traite son champ et son voisin ne le fait pas, la chenille va demeurer », prévient Ollo Palenfo.

A Bapla dans la Bougouriba, Zoubador Somé n’a pas attendu un appui en pesticides du ministère en charge de l’agriculture. Dès qu’il a constaté la présence de chenilles légionnaires dans son exploitation, il a acquis des pesticides pour traiter son champ. « Je me suis référé aux agents d’agriculture qui m’ont conseillé un produit. Je l’ai acheté et appliqué. Pour le moment, mon maïs se présente bien, contrairement à ceux qui n’ont pas encore traité leur exploitation », a confié Zoubador Somé. Son action semble avoir suscité un changement de comportement auprès d’autres producteurs. Judicaël Da, l’un des voisins de M. Somé, veut lui emboîter le pas. « Je n’ai pas encore traité mon champ, mais je vais le faire incessamment », a confié M.Da.

Dans la région du Sud-Ouest, la chenille légionnaire est présente dans toutes les provinces, souligne Sidiki Ouédraogo, responsable de la protection des végétaux de ladite région. « Nous avons un stock de plus de trois cents (300) litres de pesticides pour lutter contre ce prédateur. Un autre stock est en cours d’acquisition. Dès que la chenille est signalée, nous intervenons sur le terrain pour enrayer sa progression », ajoute Sidiki Ouédraogo.

Des mesures pour venir à bout du prédateur

agri1Autre région, même constat : la chenille légionnaire est bien présente dans les Cascades. A Yendéré tout comme à Nafona, les champs de maïs sont infestés par le ravageur. « Nous avons connu pour la première fois ce prédateur en juin 2017 et depuis lors, le ministère met tout en œuvre pour minimiser son action ; cela, à travers des campagnes d’information et de sensibilisation à la lutte contre ce nuisible », atteste le Directeur régional de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques des Cascades, Jean Marcel Oulé.

En outre, il a été procédé au lancement du « Projet d’appui pour la mise en place d’une stratégie de gestion durable de la chenille légionnaire d’automne (CLA) au Burkina Faso », le 28 avril 2018, à Douna dans la région des Cascades. Pour la phase pilote qui va durer dix-huit (18) mois, la mise en œuvre du projet concerne les régions des Cascades, du Centre-Ouest et du Sud-Ouest. Financé par l’Organisation des Nations-unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) à plus de cent trente millions (130 000 000) de francs CFA, il contribuera à la mise en place de soixante (60) Champs-Ecoles des Producteurs (CEP), destinés à la formation de mille cinq cent (1 500) exploitants dans les zones pilotes d’intervention du projet. Grâce à cette mise à niveau, les techniciens des structures d’appui-conseil et les producteurs pourront identifier rapidement les attaques et y apporter la riposte. Le projet doit aboutir à la finalisation d’un plan d’actions national de gestion durable du ravageur au Burkina Faso.

Par ailleurs, dans toutes les régions du pays, des brigadiers phytosanitaires ont été formés à la lutte contre le prédateur. Le gouvernement a acquis vingt mille (20 000) litres de pesticides et de nombreux appareils de traitement phytosanitaire pour des interventions efficaces.

DCPM/MAAH

Aller au haut
X

Right Click

No right click