La stratégie secrète du CDP

Blaise compaoreeeeee

C’est décidé. Malgré les vagues de contestations, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ira jusqu’au bout de sa logique. Il entend modifier l’article 37 de la Constitution qui limite le nombre de mandats présidentiels à deux. Objectif affiché : permettre à Blaise Compaoré d’être candidat en 2015. Un comité de réflexion chargé de proposer des stratégies pour la relecture de l’article 37 a été mis en place, en toute discrétion, en août dernier. Et en septembre, il a remis son rapport à la sphère dirigeante du parti. Selon les prévisions actuelles, une vaste campagne devrait commencer en janvier 2014. Le CDP a besoin de 50 000 signatures pour la tenue d’un référendum. Mais il n’y a pas que ça. La ligne directrice du comité de réflexion (mémorandum, termes de références, budget prévisionnel) est compilée dans un document dont nous avons pu obtenir une copie. Il commence par cette phrase : «Le présent document revêt un caractère confidentiel absolu. Il ne doit être, sous aucun prétexte, communiqué à personne». Voici la suite.

Lire la suite...

Voici la plainte en intégralité !

Norbert Zongou

L’affaire Norbert Zongo a été jugée les 28 et 29 novembre par la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples. Le verdict, très attendu, devrait être prononcé en 2014. En juin dernier, la Cour avait rejeté les exceptions d’incompétence et d’irrecevabilité soulevées par l’Etat burkinabè. Elle avait alors décidé de «passer à l’examen du fond de l’affaire». Et c’est ce qui a été fait. En attendant de savoir le verdict, voici l’intégralité de la plainte déposée par les ayants droit de feus Norbert Zongo, Abdoulaye Nikiéma dit Ablassé, Ernest Zongo et Blaise Ilboudo, ainsi que le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP).

Lire la suite...

A quand les poursuites judiciaires ?

Fonctionnaires

La gestion des fonctionnaires fictifs n’est pas une problématique nouvelle dans l’administration publique du Burkina Faso. Des opérations dites « billetage » ont permis de faire tomber quelques masques de par le passé. Mais aujourd’hui, plus que jamais, le phénomène gangrène l’économie nationale, si l’on s’en tient aux résultats de l’opération d’enrôlement biométrique des agents de la Fonction publique. Quelle suite judiciaire va-t-on donner à cette enquête dont les chiffres sont effarants ?

Lire la suite...

Personnalités, refusez les gros cadeaux !

Les personnalités assujetties à la déclaration d’intérêt et de patrimoine citées dans l’article 11 du projet de loi portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso (Voir liste dans CC N°46), sont par ailleurs ciblées par une interdiction d’accepter des cadeaux d’une certaine valeur. C’est ce que prévoit l’article 58 du document qui, très bientôt, va passer au vote des députés de la cinquième législature. Voici ce que dit exactement la loi.

Lire la suite...

Tant que le plaisir n’est pas partagé, …

Viol3

L’idée de «viol conjugal» a fait sursauter beaucoup parmi ceux que nous avons interrogés dans le cadre de cet article. Les hommes surtout : «Comment peut-on parler de viol dans les relations sexuelles entre un homme et sa propre femme !?». Et pourtant, au Burkina Faso, la pratique sévit sur l’autre moitié du ciel avec une telle ampleur qu’elle a inspiré une campagne spécifique de sensibilisation, dans la foulée de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre). On y apprend que «tout rapport sexuel sans consentement est un viol, même entre époux». Vu sous cet angle, le viol est monnaie courante dans les foyers conjugaux au Burkina. Des témoins bien avertis, au regard de leur position professionnelle, ont bien voulu nous parler de la manière dont les hommes violent habituellement leur femme. Mais attention ! Parlant de viol conjugal, il n’y a pas que les femmes qui en sont victimes. En 2011, au moins 76 hommes ont saisi les services de l’Action sociale pour… violence conjugale.

Lire la suite...

Les choses se précisent…

IMG 0084

Que s’est-il exactement passé ? D’où proviennent les chaussures Rangers aux semelles trouées, présentées comme faisant partie de celles livrées en 2011, par la société ETAF ARMABEL au profit de l’Ecole nationale de police ? Plusieurs tests, effectués par la Société générale de surveillance (SGS), chargée à l’époque de la vérification des importations, ont pourtant confirmé que les produits livrés par ARMABEL étaient de qualité irréprochable. La commission de réception des «articles et effets d’habillement» a également conclu à la bonne qualité des produits. «Après une vérification quantitative et qualitative, la commission a jugé les articles et les effets d’habillement livrés respectivement les 21 octobre 2011 et 13 décembre 2011, conformes aux prescriptions techniques et a prononcé la réception desdits articles et effets d’habillement». C’est écrit, noir sur blanc, dans le procès-verbal des experts du ministère de la Sécurité et de l’Economie et des Finances (Voir document dans CC N°46 du 10 novembre). Comment se fait-il alors que des chaussures «sans marque ni origine» et aux semelles «trouées, cassées, décollées» ainsi qu’ «aux crampons très défectueux», aient été brandies, un mois après, comme si c’était ETAF ARMABEL qui les avaient livrées ? Eléments d’enquête.

 

Lire la suite...

logo NZ 18 ans

Aller au haut