«Le CDP nous a volé notre victoire !»

Zphirin Diabr1Et si, à l’heure où nous réalisons cette interview, vous étiez président du Faso, quelles seraient vos principales priorités ? «Je ne rentre pas dans ce genre d’hypothèses. Et d’ailleurs, je ne vous ai jamais dit que j’étais candidat à la présidence», répond, catégorique, le premier responsable de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Zéphirin Diabré, nouveau chef de file de l’opposition politique. Et il sait bien de quoi il parle. Il y a un «énorme boulot» à faire pour accéder au palais de Kosyam. Lorsque nous l’avons rencontré, le 7 janvier, «Zeph» a été clair: «Il nous faut absolument faire un quadrillage et un maillage systématiques du territoire national». Et ce n’est pas tout. Que pense-t-il de la longévité au pouvoir de Blaise Compaoré ? Comment perçoit-il l’ascension politique du frère cadet du chef de l’Etat ?

Lire la suite...

Du rififi autour du «gombo» des élections couplées

Conseil dEtattLes élections couplées du 2 décembre 2012 sont passées, mais il y a un problème au Conseil d’Etat. Une sorte de crise divise les magistrats et le personnel d’appui. Les non-magistrats ne sont pas du tout contents de la clé de répartition de l’enveloppe financière mise à la disposition de l’institution, et affectée à la prise en charge des agents pour les différentes tâches qui leur étaient dévolues, dans le cadre des élections municipales du 2 décembre. Les mécontents, à en croire certains d’entre eux, qui ont bien voulu se confier à Courrier confidentiel,

Lire la suite...

La lente «agonie» d’un dinosaure politique

Salif DialloMais que devient Salif Diallo ? Le tout-puissant ministre et «bras droit» de Blaise Compaoré, éjecté de son fauteuil de ministre d’Etat en 2008, puis nommé, quelques mois plus tard, ambassadeur en Autriche, déchu à nouveau, avant d’être mis politiquement au «garage» par les nouveaux gourous du CDP (parti au pouvoir) qui ont rayé, sans pitié, son nom de la liste des

Lire la suite...

En route pour le Sénat ?

Franois compLe frère cadet du président du Faso fait ses calculs politiques. Il a probablement lu et relu les nouvelles modifications introduites dans la Constitution. Il sait qu’ «en cas de vacance de la Présidence du Faso pour quelque cause que ce soit, ou d’empêchement absolu ou définitif constaté par le Conseil constitutionnel saisi par le gouvernement, les fonctions du président du Faso sont exercées par le président du Sénat.

Lire la suite...

Nous a-t-on menti ?

Luc Adolphe TiaoL’engagement était tellement fort qu’on croyait qu’il y aurait effectivement sanctions «au plus tard dans le mois d’octobre 2012». Mais jusqu’à présent, rien, absolument rien, n’a été officiellement annoncé. Pourtant, dans les locaux de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat (ASCE), le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, avait annoncé, devant les caméras, micros et flash,

Lire la suite...

Où sont passés les 130 843 451 FCFA ?

Vous souvenez-vous de cette affaire ? Elle a éclaté en 2009. Le ministre de l’Economie et des Finances a tenté de recoller les morceaux mais il n’y a pas encore eu de lumière sur ce dossier brûlant. Le rapport d’audit égrène des faits graves, et même très graves. Détournement de fonds: 35 205 181 FCFA. Autres malversations: 95 638 270 FCFA. Donc un total de 130 843 451 FCFA.

Lire la suite...

«Mais où est passé notre argent ?»

AmbassDe nombreux Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire sont fâchés ! Ils ne comprennent pas pourquoi les autorités du Burkina Faso sont sourdes face à leurs «incessants appels» à faire la lumière sur le projet de construction d’une ambassade en Côte d’Ivoire. Et s’ils sont autant fâchés, c’est parce qu’ils n’ont aucune trace de

Lire la suite...

Voici ce qu’il y avait dedans ! 

Iyad Ag GhalyLa situation au Mali est de plus en plus préoccupante. Le groupe Ansar Eddine, dirigé par Iyad Ag Ghaly, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) ont engagé, récemment, une nouvelle offensive en direction du Sud du Mali. L’armée malienne, dirigée par le capitaine Amadou Sanogo, s’est, elle aussi, mise en branle pour parer à toute éventualité. Le 1er janvier dernier, le Groupe Ansar Eddine avait adressé au médiateur, Blaise Compaoré, une enveloppe frappée du sceau «Confidentiel» et contenant un document assez spécial.

Lire la suite...

Aller au haut