ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

OYA 5923Les enquêteurs se sont trituré les méninges. Pendant plusieurs mois, ils ont tenté de reconstituer le puzzle, en vain. L’un des terroristes, pris en tenaille par les tirs de l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale (USIGN), avait pourtant abandonné, dans l’enceinte de l’Ambassade de France, une importante pièce à conviction: un téléphone portable de marque Techno. Les services de renseignements ont tenté, grâce à ce précieux outil, de remonter la filière. Les appels effectués par le terroriste la veille et le matin de l’attaque ont révélé quelques secrets. Ainsi, les

Lire la suite...

FARAMA24 février 2019. Un communiqué du chef d’Etat-Major général des armées fait une grande révélation : 146 terroristes ont été neutralisés à Kain et Banh dans le Yatenga et à Bomboro dans la Boucle du Mouhoun. Selon le même communiqué, c’est une riposte opérée par l’Armée à une attaque terroriste qui aurait fait 14 morts à Kain. Mais très vite, une partie de l’opinion s’emballe. Ce qui est considéré comme un acte salutaire de l’armée fait désormais polémique. Les Forces de défense et de sécurité (FDS) sont accusées d’avoir commis des bavures. Mais jusque-là, la hiérarchie de l’armée garde le silence sur cette affaire. Des personnes qui se réclament « parents » de ceux qui ont été abattus par les FDS veulent porter l’affaire devant les tribunaux. Ils ont déjà soumis le dossier à un avocat : Me Ambroise Farama, engagé également dans le dossier des tueries de Yirgou. Nous l’avons rencontré. Voici ce qu’il nous a dit.

Lire la suite...

oneaLe projet était bien ficelé au départ. La ville de Bobo-Dioulasso a été choisie pour la réalisation de cinq forages à grand débit. Marché financé par l’Agence française de développement.

Lire la suite...

orSignaux rouges : en décidant d’ouvrir son sous-sol aux investisseurs privés, le Burkina ne s’est pas doté de toutes les garanties nécessaires pour éviter les pertes de recettes. Un phénomène, actuellement en vogue, occasionne des manques à gagner pour le budget national. Il s’agit des

Lire la suite...

argentDe nombreux Burkinabè ne le savaient pas. En dehors du fonds commun, les agents du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) bénéficient d’une prime de rendement. Elle est destinée à encourager ces agents lorsque le recouvrement dépasse les prévisions des recettes. Suite aux accords signés, en 2017, avec le gouvernement, cette prime devrait être versée mensuellement. Mais il y a problème !

Lire la suite...

Aller au haut
X

Right Click

No right click