francoisLe frère cadet de l’ex-chef de l’Etat, François Compaoré, a pris la fuite pendant l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre. Selon des sources sécuritaires, il se serait «caché» au Bénin, mais pas à Cotonou la capitale. Ses faits et gestes sont suivis de près par les services de renseignements. Il est allé, dit-on, à plusieurs reprises, et en toute discrétion, voir Blaise Compaoré, à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire. Mais il a beau se cacher, il va devoir revenir, de gré ou de force, au Burkina. Un mandat d’arrêt pourrait être lancé contre lui. Selon des documents judiciaires que nous avons pu consulter, il est au cœur de la réouverture annoncée de l’instruction sur l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Voici les détails.

Lire la suite...

Sankara ThomA

Madame la Ministre de la Justice, des DroitsHumains et de la Promotion Civique,

Garde des Sceaux

OUAGADOUGOU

Aff. :Mariam SERME, Philippe SANKARA, Auguste SANKARA

C/

Etat burkinabé.

Lire la suite...

Scan Doc0035Ils ont été surpris. Ils croyaient que cette affaire d’aérosol, à forte odeur de surfacturation, serait gérée dans la plus grande discrétion. Mais le dossier dégageait tellement d’odeurs nauséabondes qu’il a fini par éclater. Au point de troubler le sommeil des responsables de la société Invoice-Ralph RCY International (qui a fourni le matériel) et de certains individus tapis dans l’ombre au ministère de la Sécurité. En octobre 2013, le ministère, alors dirigé par Jérôme Bougouma, a octroyé, en totale contradiction avec les textes en vigueur, un marché de 544 444 310 FCFA à cette société basée au Liban. L’exécution du marché a été entachée de pratiques louches. Il suffit de jeter un coup d’œil sur la facture établie par la société pour s’en rendre compte. Un aérosol (un seul !) qui aurait dû coûter 17 184 FCFA TTC selon la grille tarifaire de fournisseurs basés en Europe et aux Etats-Unis, a été vendu par la société libanaise à 5 248 000 FCFA (Voir CC N° 74 du 10 janvier). Ce scandale, révélé par notre Journal, continue de faire grand bruit. Décryptage d’une affaire brûlante.

Lire la suite...

L’exploitation des rapports des Inspections techniques des services (ITS) fait ressortir une aggravation des malversations dont les montants sont passés de 1 083 354 618 francs CFA en 2012, à 10 118 133 685 francs en 2013, soit une multiplication par dix. Cette contreperformance (…) a été enregistrée principalement dans la gestion de deux (2) structures

Lire la suite...

SalifouLe Juge d’instruction, Théophile Nana, du cabinet N° 6 du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, continue de se triturer les méninges. Il a

Lire la suite...

logo NZ 18 ans

Aller au haut